SVQ_155 Di-Ki-Ri-Ki

155) … après avoir fait escale à Londres (1867-1869) et à Paris (1869), Mathieu Lambert SCHROBILGEN (*1789, +1883), avocat, fonctionnaire, journaliste, écrivain et musicien originaire de Clausen échoua sur les bords de la Sûre à Diekirch (1870-1877) avant de  terminer son périple à Echternach (1877-1883). Heureux propriétaire d’un AMATI – de 1535 à 1684 les AMATI furent les premiers luthiers de Crémone; ils ont formé les GUARNERI et les STRADIVARI – il avait pris l’habitude de gratter son violon d’Ingres en quatuor avec le liégeois Jean François PIROTTE, le bruxellois Auguste GREYSON et le bitbourgeois Vendelin JURION qui fut bourgmestre à Diekirch de 1835 à 1843. Et pourtant SCHROBILGEN, ou SCHRO pour les intimes, n’était pas tendre ni avec la Ville de Diekirch, ni avec ses habitants: S’inspirant sans doute de sa déclinaison onomatopéique en Di-Ki-Ri-Ki, il comparait le nom de la Ville de Diekirch « au cri d’un vieux coq enrhumé ». A « Eselsbourg », autre sobriquet dont il gratifia sa généreuse cité d’accueil, « le vieux Merle voyageur » logeait d’abord chez le pépiniériste-rosiculteur Joseph THEIS, ensuite chez le mécanicien Jean BLAU et finalement au château d’en face de l’Hôtel des Ardennes, l’Ulrichsschlässchen, actuellement mieux connu sous le nom de Château WIRTGEN. A partir de 1876 il occupa 3 pièces au second étage de l’hôtel particulier de l’avocat Prosper LAEIS (*1825, +1885), demeure seigneuriale de la Béiergaass que SCHRO n’hésita pas à qualifier d’« une des plus belles maisons de Diekirch ». (bp, 2020-02-08_bp)

 

 

Ancienne demeure de l’avocat Prosper LAEIS à l’entrée de la rue du Curé. Jusqu’en 1914, la famille SCHMIZ-LAEIS y tenait l’Hôtel MOSELLA. Du haut de son balcon, Rodolphe SCHMIZ (*1863), époux de Rosalie LAEIS (*1864), nièce de Prosper LAEIS (*1825), surveille ses 4 enfants, de gauche à droite, Elisabeth SCHMIZ, Marie Elise SCHMIZ alias « Mi » (*1899), Bernardine Rosalie SCHMIZ alias « Bim » (*1905) et Edouard SCHMIZ (*1903). La rédaction du journal « Der Fortschritt » y avait également élu domicile jusqu’en 1940. Le bâtiment dut finalement faire place à un immeuble résidentiel à 4 étages, la Résidence LAEIS. [Photographe: NN_1911; Publication: N. BECKERICH: Diekirch au fil du temps, 2012, p. 121].

 

Quatre portraits du Merle Voyageur Mathieu Lambert SCHROBILGEN. En haut à gauche,  SCHROBILGEN-Etudiant, portrait attribué à J. A. VALLIN; en haut à droite, SCHROBILGEN-Journaliste, dessin par J. B. FRESEZ datant de 1829; en bas à gauche, SCHROBILGEN-Epistolier, portrait attribué à J. B. FRESEZ; en bas à droite, SCHROBILGEN-Vieillard, photographie par D. KUHN. Les quatre portraits de SCHROBILGEN sont issus de la Biographie nationale du Pays de Luxembourg par Jules MERSCH, Fascicule 1, pages 23, 29, 55 et 80.

 

Hannerloosst eng Äntwert

Dir musst ugemellt sinn fir e Commentaire ze schreiwen.