SVQ_Page 4: N° 151 – N° 200

 

Page d’accueil

Page 1: N° 001 – N° 050

Page 2: N° 051 – N° 100

Page 3: N° 101 – N° 150  

Page 4: N° 151 – N° 200

Page 5: N° 201 – N° 250

 

153) … en mai 1946 la dame Félicie LEYDER (*1893, +1961) – am 29. September 1921 zur Leiterin der städtischen Haushaltungsschule ernannt et démise de ses fonctions en 1941 par les Allemands – légua aux boy-scouts de Diekirch un terrain d’une superficie de 1,5ha situé am Floss. Les premiers abris hébergeant les éclaireurs à leur nouvelle adresse n’étaient autre que des Arbeitsdienstbaracken, des constructions rudimentaires tout en bois, désaffectées et abandonnées par les nazis. La nuit du 14 au 15 février 1953, à la suite d’une négligence, le baraquement inférieur servant de local de réunion fut ravagé par un incendie. En attendant la reconstruction en pierre du home inférieur, la Ville de Diekirch vint à la rescousse des scouts en leur proposant de les reloger dans les chalets mis en place par le « Don Suisse » au Megonsgaart. A la fin de la 2e Guerre Mondiale, l’oeuvre de charité internationale, le « Don Suisse », venait généreusement au secours des contrées européennes les plus éprouvées par les affres de la guerre. Ainsi furent inaugurées le 7 février 1946 à Diekirch et à Echternach, en présence de LL. AA. RR. les Princesses Elisabeth, Marie-Adélaïde et Gabrielle […] deux jardins d’enfants que le « Don Suisse » a mis à la disposition du Luxembourg. Les chalets suisses du Megonsgaart furent démontés fin des années cinquante pour faire place à la nouvelle Spillschull, dont la disposition en « L » se calqua sur l’agencement des anciens abris de fortune. (bp, rk, 2019-12-31_bp)

 

 

Les homes scouts au 36, am Floss lors de l’inauguration en présence du Prince Jean en 6 juin 1948: sur des fondations maçonnées sont érigées trois Arbeitsdienstbaracken en provenance de Schrassig acquises pour le montant de 45.000 francs, l’équivalent de 1.115 euros. Actuellement le plus petit des baraquements se trouve en pleine forêt (non visible sur la photo ci-dessus) et sert de refuge aux Rovers. Le plus grand des baraquements, le bâtiment supérieur, sert de gîte d’étape: les installations sanitaires et la cuisine sont au rez-de-chaussée; les dortoirs et salles de séjour se trouvent au premier étage. Ces deux premiers baraquements conservent l’ossature et les panneaux en bois originaux des Arbeistdienstbaracken. Le bâtiment inférieur entièrement (re-)construit en pierre accueille les réunions et activités des boy-scouts et girl-guides de Diekirch fusionnés depuis 2008. [Photographie: NN_1949, Publication: J. HERR_1980]

 

Vue aérienne de la Place Guillaume et alentours à Diekirch datant de 1950-1954: 1) Hôpital du Sacré-Coeur et ses dépendances 1a), 1b) et 1c) démolies pour faire place à la nouvelle Maison de soins du Sacré-Coeur; 2a), 2b), 2c), 2d) et 2e) bâtiments de la rue des Ecoles démolis pour faire place au nouveau complexe scolaire construit entre 2005 et 2011; 2f) immeuble démoli pour faire place à une résidence; 3) chalets offerts après la 2e Guerre Mondiale par le « Don Suisse », démontés fin des années 1950 pour faire place à la nouvelle Spillschull; 4) kiosque démoli en 2010 dans le cadre de la construction du nouveau complexe scolaire et du réaménagement de la place publique autour de l’Eglise, 5) emplacement du Monument aux Morts inauguré en 1955; 6) porche de l’Eglise décanale construit entre 1950 et 1955; 7) Administration des Bâtiments Publics construite en lieu et place de la Villa MEGANCK; 8) Palais de Justice; 9) Jongeschull; 10) ancienne Hotelschull; 11) Meederchersschull; 12) Hôtel de la Poste; 13) Eglise décanale Saint-Laurent et son parterre 14) qui accueillera en 1954 les deux lions de Deutsch en provenance du LCD. Les sites 5), 6) et 14) permettent d’affirmer que la photo a été prise après 1950 et avant 1954. [Photographie: NN_1950-1954; Silhouettage et légende: bp_2019-12-30]

 

152) … rares sont ceux qui savent où se trouvent les lieux-dits Megonsgaart, Megonsbierg ou Megonspesch. Plus rares encore ceux qui connaissent l’origine de ces appellations étranges qui semblent bien spécifiques de la toponymie diekirchoise. L’orthographe est celle utilisée par Marcel THILLEN (*1926, +2007) – scoutmaster successeur des légendaires Tony NOESEN (*1905, +1944) et Albert MAMBOURG (*1917, +1952) – pour retracer l’historique des boy-scouts de Diekirch à l’occasion du 75e anniversaire de la troupe en 1992. THILLEN’S Max est bien placé pour parler du Megonsgaart [megɔ̃zgaʁt] – ou jardin de MEGANCK – puisque du haut de son promontoire le conducteur-inspecteur principal veillait sur les bâtiments publics de l’arrondissement de Diekirch. Surplombant le nouveau complexe scolaire communal, l’imposant immeuble de l’Administration des Bâtiments Publics, son lieu de travail, fut érigé au Megonspesch en lieu et place de la Villa MEGANCK [megãk]; à ses pieds, au Megonsgaart, le jardin d’enfants construit en 1958, élargi et réaménagé de 2005 à 2013. Seul l’ancien pavillon de la Villa MEGANCK semble résister à toute tentative de modernisation. Signalons pour la petite histoire que Pierre Louis Albert MEGANCK, né le 06.02.1823 à Bergen-op-Zoom aux Pays-Bas a épousé le 11.03.1861 à Diekirch Marie Léonie JUTTEL, née à Diekirch le 15.06.1836, fille du bourgmestre Jean JUTTEL (*1800, +1887) et grand-tante du notaire Auguste WILHELM (*1908, +1986), autre résident du Megonspesch. (bp, 2019-12-27_bp)

 

  • M. THILLEN: Lëtzebuerger Scouten, Tony NOESEN Dikrich 75, 1992, p. 34, 35 (lien actualisé le 2019-12-27_bp)
  • N. BECKERICH: Diekirch, au fil du temps, 2012, ISBN: 978-99959-676- 5-9, p. 171: [Légende erronée:] La Villa MEGANCK entre l’Hôpital et le Pensionnat [en réalité la Villa MEGANCK se trouvait à l’est – et non à l’ouest – de l’Hôpital du Sacré-Coeur, au lieu où se trouve actuellement l’Administration des Bâtiments Publics_bp]
  • 27), 62), 83), 106), 153)

 

Evolution au fil du temps de l’Hôpital de Diekirch (cadre rouge) et du siège de l’Administration des Bâtiments Publics (cadre bleu). Entouré d’un cercle bleu  et blanc, l’ancien pavillon de la Villa MEGANCK constitue un précieux repère topographique. En haut, détail d’une carte postale datant de 1902 [Photographie: NN_1902]; au milieu à gauche, carte postale de l’Hôpital du Sacré-Coeur avant la construction de l’aile gauche [Photographie: T. MANNON_±1902] et à droite, carte postale de la Villa MEGANCK [Photographie: NN_?; Publication: N. BECKERICH_2012]; en bas, détail d’une carte postale datant de 1950-1954 [Photographie: NN_1950-1954, nbi] [Arrangement et légende: bp_2019].

 

Au centre, le siège de l’Administration des Bâtiments publics de l’Arrondissement de Diekirch. A droite, l’ancienne Hotelschull et la nouvelle entrée principale du Complexe Scolaire communal. Le plan horizontal portant les locaux du préscolaire, l’ancienne Spillschull (à gauche, en rouge) et couvrant le hall sportif (en bleu) représente le niveau du Megonsgaart (en orange). Le talus remontant au nord n’est autre que le Megonsbierg ou Megonspesch (en vert). [Photographie, silhouettage et légende: bp_2019-12-08]

 

151) … la fontaine installée en 1961 sur la Kluuster fut imaginée par Edmond LUX (*1916, +2004), professeur d’éducation artistique au Dikricher Kolléisch (1945-1983). Elle comportait un bassin supérieur coiffé d’un demi-dôme en cuivre perforé d’une douzaine de « bouchons » en verre bleu prune – d’ou le surnom de Gebeesskässel – et un bassin inférieur dont le plancher était tapissé d’une mosaïque dessinant les contours de la Ville de Diekirch. Entre les deux bassins l’eau coulait en circuit fermé: Siphonnée du bassin inférieur, elle était pompée au dessus du demi-dôme, giclait par plusieurs ouvertures d‘une conduite épousant le méridien frontal de la coupole et s’écoulait en nappe sur la panse du chaudron pour se déverser dans le bassin supérieur. Des capteurs situés en arrière des deux colonnes encadrant le fronton principal décoré du sceau de la liberté, « S: Libertatis in Dikirchen », aspiraient l’eau du bassin supérieur et la passaient aux buses horizontales de la tête des colonnes latérales d’où elle s’échappait en flux laminaire dessinant de part et d’autre un fin rideau d’eau effleurant la mosaïque du bassin inférieur. L’ingénieuse fontaine vieillissait mal – maçonnerie désagrégée, pierres de taille noircies, mosaïque dépecée, buses et gicleurs obstrués – et des assauts de vandalisme lui donnèrent le coup de grâce; elle fut démolie en 2009. (bp, 2019-12-21_bp)

 

 


Reconstruction graphique de la Fontaine de la Place Guillaume, vue de face (en haut) et en coupe sagittale para-médiane (en bas). Le plan de la mosaïque est indiqué en pointillé rouge. En brun, le Gebeesskässel avec ses « bouchons » en verre bleu prune. Pour passer du bassin supérieur au bassin inférieur, l’eau ruisselait également en trop-plein sur le fronton principal dont le bord supérieur était légèrement abaissé par rapport au bord postérieur du bassin supérieur. Les quatre blocs de pierre plantés sur le bord antérieur du bassin inférieur portaient des projecteurs qui éclairaient la façade de la fontaine. L’éclairage était le premier élément à céder et sonna ainsi le déclin progressif de l’ouvrage. [Graphiques: bp_2019-12-18]

 

Page d’accueil

Page 1: N° 001 – N° 050

Page 2: N° 051 – N° 100

Page 3: N° 101 – N° 150  

Page 4: N° 151 – N° 200

Page 5: N° 201 – N° 250